PeinTures

L'art n'est pas une question de compréhension, c'est une question d'expérience                                               Antony Gormley

Crisalis 100 x 100

Stéphane Meier_Crisalis_100 x 100 (1.0).jpg

Série "exploratoire 2" 24 x 30. 2022

voile blanc_24 x 30_2022.jpg
Stéphane Meier_strates et rectangle bleu_24 x 30_2022.jpg
minimalblanc_24 x 30_2022-2.jpg
Stéphane Meier_le bleu sous le blanc_24 x 30_2022-2.jpg

diptique 80 x 80, "l'ivre de vie", 2022

Stéphane Meier_80 x 80_l'ivre de vie 1_2022.jpg
Stéphane Meier_80 x 80_l'ivre de vie 2_2022.jpg

Série "exploratoire" 24 x 30. 2022

Stephane Meier_24 x 30_2022
Stephane Meier_24 x 30_2022
Stephane Meier_24 x 30_2022
Stephane Meier_24 x 30_2022
Stephane Meier_24 x 30_2022

Série "exploratoire" 40 par 40. 2022

Stéphane Meier_40 x 40_2022
Stéphane Meier_40 x 40_2022
Stéphane Meier_40 x 40_2022
Stéphane Meier_40 x 40_2022
Stéphane Meier_40 x 40_2022
Stéphane Meier_40 x 40_2022
filet_11_edited.jpg
Stéphane Meier_40 x 40_2022
DSCF0255_edited.jpg
Stéphane Meier_40 x 40_2022

Explorer une idée simple par œuvre, rechercher une expressivité fondamentale, limiter le geste ou le propos. "Recentrage kinesthésique, l'esprit ouvert je me laisse guider par le moment, l'ambiance de l'atelier, je deviens réceptacle et je ne juge plus..."

Les bleus 2021

Stéphane Meier_80x80_2021_4.jpg
Stéphane Meier_50x50_2021_1.jpg

En réalisant la série des tableaux où prédominent le bleu et le beige, me venait de manière récurrente l’idée d’une spatialité à échelle variable. La plus petite échelle étant celle de l’homme, de ses actions, de ses réalisations, de son activisme effréné et insensé. Au-delà, une spatialité à l’échelle de l’infini, de l’ordre de l’inaccessible, une idée de pureté, englobante, veillant sur nous, sereine, gommant tout, espace de calme. Le spirituel étant du côté du « vide », là où l’action n’est pas. Ce déplacement m’a interrogé. Le bleu est devenu symbole du calme, de l’insondable, les nuances de beiges se sont mises à suggérer les rêves, les actions, les réalisations, l’ensemble des interactions humaines. Je me suis mis à rêver secrètement d’étendue, de l’océan, mais aussi du désert, je me suis laissé téléporter au Maroc, aux portes du Sahara, où l’homme se fait rare et où la « trace » devient d’autant plus puissante et présente, au milieu des silences.

DSCF0291_edited_edited_edited.jpg
Stéphane Meier_100x100_2020(3)_edited.jp

la série "australe" 2021

L’apparition du noir, structuré, nuancé ainsi que l’expressivité suggestive des coulures m’ont amené ailleurs, peut-être dans le bush australien. Dans tous les cas, la « nervosité » de la coulure, son graphisme, sa verticalité gravitationnelle m’ont ému. Une nouvelle trace, une nouvelle évocation, une nouvelle esthétique, conjuguée aux traitements des surfaces, en arrière ou avant plan, chaque strate dialoguant avec la précédente, altérée, modifiée. 

Une série où l’acte même de peindre s’est libéré, dans une attitude plus intuitive, viscérale. Moins de contrôle et plus de connexion.

Stéphane Meier_60 x 60_2021_ausetalia.jpg
Stéphane Meier_80 x 80_2021_fanua.png

Les blancs  (et noir) 2021

Stéphane Meier_100x100_2020(2)_edited.jp

Dans ces compositions binaires, le blanc agit comme un voile, une matière qui contient, estompe, entoure fige les parties noires, permet les nuances et la profondeur. Le blanc est l’espace, le noir ce qui l’occupe. Le blanc et féminin, matriarcal, tissu spirituel ; le noir est la trace, l’humanité, le discours, le culturel. J’y trouve la notion du temps, de ce qui est, de ce qui apparaît et de ce qui disparaît. Le blanc, d’essence spirituelle, se transforme, se patine, se « corrompt » au contact du noir, il se singularise aussi, s’humanise. Il y a une sorte d’échange symbiotique qui me touche.

Stéphane Meier_le vaisseau noir_50 x 50_2022-2.jpg
Stéphane Meier_40 x 40_2022