top of page
Rechercher

Collaboration inattendue avec Chantale Heimo






















Tracer un trait, frotter un pigment, oser une couleur, choisir un enduit, provoquer l’accident. - L’oeuvre naît -. Après faut-il assumer l’empreinte d’un instant, le geste posé, là, à ce moment précis. N’aurait-il pas fallu attendre, réfléchir, mûrir…

Le parallèle s’impose naturellement : "accidents" en peinture et événements plus ou moins inattendu auxquels on fait face dans la vie. Cause et/ou conséquence, cette succession de choix dans le flot d’une existence qui nous entraîne indéniablement, sans que nous puissions maîtriser autant qu’on le voudrait. Hasard, prédétermination, guidance, connexion ?

Le résultat de l'acte est là, posé, trace d'un instantané. Le blanc estompe, purifie, mystifie ; les strates, les couches se succèdent. Volontairement je ne couvre jamais tout-à-fait; les étapes d’intervention s’assument et dialoguent, le tableau prend identité.

L’abstraction est pour moi un voyage multidimensionnel, entre mon dedans et mon dehors, mon conscient et mon inconscient, mon histoire et mon actualité. Les blancs diaphanes, blancs sur blancs ou sur fonds nuancés invitent à s’aventurer à l’intérieur même de la matière éthérée. Ce travail en strates devient ma marque de fabrique, je n’applique pas des couches de peinture mais des matières composées, mélangées, créées, selon la viscosité, fluidité, transparence désirée.

Le regard peut voyager, glisser à la surface, ou se laisser attirer vers l’intériorité du tableau. Spiritualité? Songe, rêverie, à mi-chemin entre conscient et inconscient. Symbolisme. Evocation multiple, récit de soi, intention prétexte. « Ainsi altérées, les brumeuses mémoires de l’esprit et de la matière se manifestent en de contemplatifs mirages (…) » La liberté, jeudi 3 novembre 2022. Maxime Papaux

De plus en plus je comprends que je cherche à solliciter les sens, ni l’intellect, ni la raison, mais juste les sens. Une nuance, une texture, une trace, une composition… toujours pour éveiller, émerveiller les sens. Les sens constituent la porte d’entrée, le vortex qui nous emmène, en ligne directe vers nos espaces d’intimités, nos émotions et nos ressentis. Ne reste que les sens… pour comprendre, justifier.

En imaginant exposer avec Chantale, j’ai été inspiré par son travail ramené à un essentiel, une intention, une unité, enfin pas tout-à-fait, plutôt une dualité, puisque le « geste » dialogue avec le vide, l’espace. Oui, le geste, car même si la matière est travaillée lors d’un long processus, l’oeuvre devient idée, expression d’intention, jet de pensée, manifestation spirituelle. J’ai voulu non pas imiter mais m’inspirer. Ramener le plus possible à une intention, un geste…


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page